Accueil > Actualités > Dernières actualités > Ouverture de la première salle de consommation à moindre risque (SCMR) à Paris

Actualités

Ouverture de la première salle de consommation à moindre risque (SCMR) à Paris

salle de conso.jpg

L’expérimentation en France de deux Salles de Consommation à Moindre Risque (SCMR) devrait débuter à l’automne 2016 à Paris et à Strasbourg. A Paris, le Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des Risques pour les Usagers de Drogues (CAARUD) géré par l’association Gaïa-Paris a été désigné par arrêté ministériel pour mettre en place l’expérimentation, pour une durée de six ans. La SCMR sera implantée dans le 10ème arrondissement, à proximité de la Gare du Nord, dans des locaux adossés à l’hôpital Lariboisière avec accès indépendants. Elle fonctionnera 7 jours sur 7, de 13h30 à 20h30 pour le public.

Un espace de réduction des risques par usage supervisé

La loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé (article 43) autorise pour la première fois en France, l’expérimentation de SCMR, ou «espace de réduction des risques par usage supervisé», dans un double objectif de santé publique et de tranquillité publique. La SCMR assure l’accueil d’usagers de drogues injecteurs en situation de précarité par une équipe professionnelle médico-sociale pluridisciplinaire, une supervision de la consommation dans des conditions sanitaires sécurisées, et propose des dépistages, une orientation vers des structures de soins et un accompagnement social, dans le respect du cahier des charges national.

Plus de 90 SCMR dans 10 pays

Déjà existantes dans une dizaine de pays (plus de 90 SCMR), parfois depuis plus de 20 ans, évaluées au niveau international et préconisées en France depuis 2010 (Expertise collective Inserm), les SCMR constituent un nouvel outil de la réduction des risques et des dommages (RDRD) qui complète d’autres dispositifs proposés aux usagers de drogues. Rappelons que la prévalence du virus de l’hépatite C (VHC) reste élevée chez ces usagers de drogues car le partage de seringues entre usagers injecteurs serait l’une des causes majeures du risque infectieux.

Un pilotage national tripartite

Le pilotage national de ce projet est placé sous la responsabilité de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA) en lien avec les représentants des ministères concernés (Santé, Intérieur, Justice). Au niveau local, le suivi est assuré par un comité tripartite : Ville de Paris, Agence Régionale de Santé et MILDECA. L’évaluation du projet est réalisée par l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), pendant la durée totale de l’expérimentation.

En savoir plus :

Film Invivo (France 5)


© Pôle Régional de Compétences en Éducation Pour la Santé Île-de-France - Mentions légales - Contact - Plan du site - Crédits